chili a fond la forme!

Cet article a été posté par le jeudi, 23 mai, 2013

Je repars desormais sur les routes, cette halte a el bolsón ma fait beaucoup de bien, mais comme toujours les bonnes choses ont une fin, je fais donc mon baluchons, fait mes adieux a la famille puis continu ma route.
Je me sens bien sur la route le voyage est ma therapie, mon exutoire. Je m´y sens biens car en voyage je me sent entre la nostalgie du passé et l uthopie du futur c est une sensation indescriptible qu il faut vivre pour pouvoir la ressentir, c est que du bonheur!
Apres avoir visiter Valparaiso, los vilos et tongoy, je suis arrivé San Pedro de Atecama en deux jours de stop. Epuisé, mais j ai vécu une superbe experience de stop, les chiliens on vraiment la main sur le coeur, notre chauffeur Mauro, en plus de nous prendre en stop pendant plus de 1500 kms, nous a tout offert: la nourriture, les cigarettes pour les fumeurs, des sodas pour le trajet et des lunettes pour mes pauvres petits yeux. Ca en devient limite genant car on ne sait comment le remercier. Nous finissons par lui offrir des paquets de cigarettes en les cachant dans la boite a gant pour qu´il ne s´en apercoive pas car il ne les auraient pas acceptés.

Je disais donc que je suis arrivé a San pedro de Atacama apres deux jours complet de stop, il faut pas croire c est physique les heures d attente à des carrefours bondes a respirer les pots d echapements, ou dans le desert en pleins cania, où en une heure attente les voitures qui passent se comptent sur les doigts de la main. Mais c est bon de vivre dans l´incertitude, les deception sont plus fortes et les victoires vous réconfortes, vous rendent plus fort.
Le paysage s´est totalement métamorphosé, je suis passé d un climat temperé à une region désertique, une region volcanique, où l´on peut trouver du sel, du cuivre, de l argent et même de l´or. Autant vous dire que les mines sont plus nombreuses que les lamas!
La terre est ocre, les vallées s´étendent à perte de vue. Le climat est assez hostile, il fait de 25 a 35°C sec le jours et la nuit la temperature chute à 0°C.
San Pedro est un petit oasis perdu dans cet immense desert de sel a 2500m. Les maisons du villages sont peintes à la chaux et sont construites en adobe (terre glaise rigidifiée avec de la paille). Le village est majoritairement fréquentés par les tourists qui viennent visiter la region.
Nous nous sommes instalés dans un camping de voyageur et de tourists avec qui je sympathise rapidement. Parmis eux je rencontre des musiciens, Chiliens, Boliviens, Argentins, nous faisons de la musique le soir l´ambience est bonne.
J´ai été rapidement charmé par cette región hors du comun, qui est très riche en site touristiques. J´ai pu faire des excursions dans la vallée de la lune, la vallée de la mort, j ai eu la chance d´observer les geysers du Tatio, de me baigner dans les lagunes de sel où il est impossible de se noyer, et pour finir avec un groupe d´amis nous avons fait l ascensión du volcán Lascar.
Le volcan Lascar est encore en activé, nous avons loués un pick up, il faut environ 4 heure de route pour s´y rendre, 4 heures de chemin de terre, la route est magnifique! Ce désert ne cesse de m´impressionner par la dervisité de son paysage. Nous arrivons donc au camp de base a 4700m, o}u nous passerons la nuit. Son cratère est situé à 5900 m d´altitude, l´ascension est très physique, le manque d´oxygène nous engourdi tout le corps, chaque pas coute, mais le jeu en vaut la chandèle.
Je n´ai jamais ressenti de telles sensations en montagne, l´arrivée sur le cratère est simplement magique. Le volcan étant toujours en action, il dégage un souffle de souffre, l´odeur est forte elle en devient presque génante. C´est après une dure ascensión que nous arrivons donc à 5900m sur ce cratère. Il fait environ 300m de diamètre sur 200m de profondeur la roche est jaune, verte et bleu, mère nature nous offre un spectacle hors du comun.
Je resterai dans cette región pendant plus de 3 semaines.
Musicalement, je viens de faire la rencontré de Yuri un trompétiste bolivien, qui est en vacance avec sa petite famille pour quelques jours au camping.
Yuri a une cinquantaine d année , il est trompétiste depuis qu´il a 14 ans, autant vous dire qu´il a un niveau impressionnant, nous faisons quelques boeuf, nous lisons des partitions, j apprend pas mal avec Yuri, le matin on repète les gammes et l apres midi on boeuf avec les musiciens du camping.
En ville nous avons rencontré un guitariste argentin qui s´appelle Gonzalo. Gonzalo vit au brésil et voyage en Amérique Latine grâce à la musique depuis quelques mois.
Son univers musical en est très influencé par la musique Brésilienne, il joue des thèmes classique de samba, bosa nova, etc… Il a un très bon niveau, de surcroit il chante bien.
Avec Yuri nous lui proposons de se joindre a nous pour constituer un petit groupe improvisé. Enjoué notre nouvel acolyte se joind a nous.
Le courant passe plutôt bien entre nous trois, nous décidons de répéter des reprises latines comme compay segundo, buena vista social club, ou encore los fabulous, pour faire des manches dans la rue, les bars et les restaurants de San Pedro de Atacama.
Après quelques heures de répétitions, l´heure est venue de se lancer, nous prenons nos instruments et partons donc en ville.
La premiere manche se dérouile devant un bar de la petite place centrale, nous jouons timide mais le coeur y est . Je lis sur le visage des gens, que notre musique plait, ils sourient, applaudissent vivement et quelques uns dandinent leurs têtes.
Nous jouons 3, 4 thêmes puis Yuri passe le chapeau tandis que Gonzalo et moi faisons une dernière chanson. Le soir même nous démarchons dans les restaurants, certains nous acceptent, nous nous instalons le plus rapidement possible. Dans certains restaurants notre musique plait tellement que le gérant viens nous voir pour nous dire de jouer unepetite heure en contrepartie d un caché car on fait venir le client.
Yuri est impressionnant, il a une facilité d´improvisation, je suis bleufé par son niveau, c´est un réel plaisir de jouer avec un artiste de son envergure. Sur scène il me coach, il me met en confiance et me rassure car je n´ai pas le niveau pour improvisé, et passer après lui n´est pas une facile affaire.
Le bénéfice de la soirée est concluant, en 2 heures de travail nous arrivons à gagner ce que gagne un chilien en un jour de travail, c´est assez motivant, de plus que l´on s´éclate et ca plait aux gens.
Nous reproduirons la même opération durant une deux semaine…


Poster une réponse