Colombie

Cet article a été posté par le jeudi, 12 septembre, 2013

Direction le sud, la côte caraïbe de la Colombie m´attend. Je suis tout excité à l´idée d´y arrivé. Cette étape du voyage est importante pour moi. Elle représente la longue traversée de l’Amérique du sud par voie terrestre que j´ai entamée huit mois plus tôt.
Depuis maintenant une semaine je voyage avec Steph et Fred un couple de breton que j´ai rencontré dans la région de Santander, à San Gil exactement. Nous avons bien sympathisé et avons décidé de faire route ensemble. L´équipe marche bien, on rigole beaucoup pendant les longues heures de trajet.

Nous sommes jeudi 17 aout, âpres 6 h de bateaux et 7h de bus sans comptez les transferts nous arrivons enfin sur santa Marta, ville côtière de 450 000 habitants.
Nous passerons la nuit à Taganga, un village situé dans une superbe crique à 10 minutes en voiture de Taganga. Nous posons nos affaires à l´hôtel Divanga. Nous profitons de la piscine et des hamacs pour nous relaxer, lorsque j´aperçois en arrière-plan, en direction de la cuisine une tête connue. Il se trouve que c´est Sébastien un ami dans voyage rencontré quelques mois plus tôt en Bolivie, il est chef cuisinier dans l´hôtel où je réside. Je suis ravi de le recroiser et je suis définitivement convaincu que le monde est tout petit, le monde des voyageur encore plus. L´autre jour une amie me raconte quelle était dans un transport au Pérou, elle discute de son voyage avec un touriste Chilien, je ne sais par quel moyen ils en viennent à parler de moi mais il se trouve que tout deux me connaissaient.
Sachant que Sébastien est un très bon cuisinier, il m´avait parlé de ses expérience avant de partir sur les routes du monde entier, il avait travaillé pour le Baron de Rothschild dans sa demeure en Suisse où il lui préparait ses petits plat, autrement dit c´est un cuisinier de renommée.
Je lui fais donc part de mes intentions à manger de la Langouste. La langouste dans cette région est réputée pour être le plat du pauvre. Il est ravi est me dit qu´il se fera un plaisir à me la cuisiner ca lui changera des plats banals qu´il cuisine normalement dans ce restaurant. Il part sur le champ avec un de ses amis locaux chercher trois belles langoustes dans les nasses du port de Taganga.
L´idée a marinée depuis plusieurs jours dans nos têtes, le plat de langouste était comme la carotte pour nous motiver pendant les longues heures de trajet.
19h : nous sommes fin prêt pour l´orgasme culinaire! Nous rentrons de bonne heure à l´hôtel pour s´installer à table. Sébastien arrive avec les assiettes en main, l´assiette est bien dressée, les langoustes sentent la persillade récemment cuit, hum j´adore l´odeur de l´ail cuit! En accompagnement Sébastien nous a préparé une purée de légumes et pour donné de la légèreté une petite salade.
IMG_3664

IMG_3659

Nous faisons la guerre aux langoustes, nous les dévorons férocement sur le champ de bataille. Ce qui se passe autour de nous, nous importe guère, tête baissée nous attaquons par tous les fronts nos victimes… ;)
L´orgasme culinaire est bien là, nous relevons enfin nos têtes pour partager notre enthousiasme. Nous sommes rassasiés ! Cette scène fut le début d´une longue série de crime de langouste sur la côte.

Fin des activités sur Taganga car la ville n´est pas sure je ne préfère pas m´attarder et faire cap vers le nord de la côte.
Je fais route aujourd´hui vers la réserve Tayrona située à deux heures de bus. La réserve Tayrona est l´une des plus belles réserves de Colombie. Très contrôlée sur l’apport des produits. On ne peut strictement rien rentrer à l´intérieur, la police contrôle minutieusement tous les sacs de touristes entrant dans le parc.
Nous avons deux heures de marche à pied pour rejoindre le camping, l´accès est difficile pour la majorité des gens, seul les gens en formes peuvent avoir le plaisir de profiter de cette belles réserves. J´apprécie car rien n´est fait pour faciliter l´accès. Rien de mieux pour préserver un lieu d´une telle beauté.
En marchant il faut faire silence pour pouvoir observer la faune qui nous entoure. J´aperçois des colonies de fourmis coupeuses de feuilles (Atta) qui se nourrissent, pour une part importante, d’un champignon symbiotique qui se développe uniquement dans leurs colonies. Elles récoltent continuellement des feuilles dans lesquelles elles découpent de petits morceaux qui servent à cultiver le champignon. Les castes de ces fourmis sont organisées autour de la découpe des feuilles et en fonction de la taille des morceaux dont elles sont chargées. La colonie ratisse tout sur son passage. Elles sont de la taille d´une de mes phalanges et sont dévastatrices, elles ratissent tout sur leur passage.
Des oiseaux de toute les couleurs nous survolent, des toucans, des piverts, des perruches, nous sommes bel et bien dans la forêt tropicale ! C´est après une marche de deux heures et demie que nous arrivons au camping Don Pedro ou nous passerons plusieurs nuits.
A un quart d´heure de marche se trouvent les premières plages, j´ai comme l´impression de me promener dans une carte postale, le sable blanc et fin caresse la plante de mes pieds la mer est d´un bleu turquoise, une digue à la sortie de la baie empêche aux vagues de rentrer ce qui permet aux visiteurs de se baigner en toute tranquillité. La rive est composée de rochers érodés en forme de boules qui n´agresse pas le regard, puis pour finir les palmiers semble vouloir se jeter dans l´eau. Il fait chaud, et c´est si peu dire. J´opterai pour un 40 degrés Celsius!
IMG_3740

IMG_3709

IMG_3701

IMG_3689

IMG_3766

IMG_3779

IMG_3780

IMG_3836

IMG_3829

IMG_3825
Nous passons la nuit dans notre camping enfui dans la jungle, pour ceux qui n´aurait jamais passer une nuit dans la selva, c´est simple on se sent pas chez soi. La nuit les animaux se réveillent la nuit, l´activité est à son comble. Les singes hurleurs hurlent, les grillons langoustes de la taille de ma main nous survolent, on dirait des oiseaux, ils sont capables de voler sur plusieurs dizaines de mètres. Il y a aussi les coléoptères qui sifflent très fort, leurs sifflement et quasi électrique. Donc du coup pour dormir, il faut arriver à faire abstraction de tous ces bruits.
Après 4 jours de jungle, je remets le cap sur une plage dont on m´a parlé, un spot de surfeur nommé le Costeño Beach. Je fais du stop pour sortir de la réserve et sens faire exprès, j´arrête une voiture de la police, qui à ma grande surprise se propose aimablement de nous emmener jusqu´à la sortie de la réserve. Je quitte mes amis Fred et Steph qui repartent en direction de Cartagena. Je monte dans le premier bus qui passe et une heure plus tard je me retrouve à Costeño Beach.
Le Costeño est un hôtel fondé il y a à peu près 3 ans par 2 frères canadiens. Situé sur un spot de surf, il attire tous les surfeurs du monde, australiens, américains, européens, latins se tirent la bourre sur ce spot de surf dans une ambiance très bonne enfant. Les gérants ont su créer un lieu respectant la nature, un petit format simple, abordable pour tous, où les voyageurs se retrouvent, échangent, conversent, rient, c´est un vrai havre de paix. Propice au repos, les plus studieux lient dans les hamacs, se balancent en regardant la mer. D´autre jouent au Beach volley.
IMG_3839

IMG_3844

IMG_3848

IMG_3856

IMG_3857

IMG_3859

Le soir nous nous cuisinons du poisson au barbecue, une petite recette que j´apprécie et le pargo (poisson de la côte) farcit d´oignon, tomates assaisonné dans de l´huile d´olive avec une petite persillade cuisinée à l´étouffé dans des feuilles de bananes. Un délice pour les papilles, oui je sais j´adore manger (je dis toujours que la cuisine c´est comme le voyage : on le prépare on l´imagine, on le vit, on le savoure, et on le déguste, puis on le digère après coup) nous faisons des envieux dans l´hôtel ! Haha j´adore !
Je viens de rencontrer deux DJs qui séjournent comme moi dans l´hôtel. L´un est allemand : Simon, et l´autre est anglais ; Tom. Ils voyagent avec leurs matos, ensemble nous décidons d´animer la soirée de samedi soir sur la plage. Les gérants démarrent un énorme feu de joie et en avant la musique, nous créons une belle alchimie, il faut dire que le spot si prête. Les gens dansent sur la plage au rythme de la musique, on s’éclate. La soirée est un succès, les gens sont ravis.
Ayant bien sympathisé avec les amis Djs nous décidons de former une équipe pour aller découvrir l´extrême nord de la Colombie.
IMG_3860

La région de la Guarija est une région désertique difficile d´accès, où peut de touristes se rendent, car pour accéder au point le plus au nord, il ne faut pas moins de 10 h de jeep sur sentiers. L´expédition s´annonce bien sportive!
Nous démarrons le road trip en prenant une jeep, premier contact avec les wayuus (peuple indigène de la Guajira) certains ne parle pas espagnol, en voiture nous nous enfonçons dans le désert, seul le cactus poussent dans cette région, je suis surpris de voir des maisons de fortunes dans ce désert qui me parait et qui dois être très hostile. Les wayuus vivent essentiellement de pêches, et de l´élevage de chèvres. La région est très pauvre, nous avons l´impression d´être en Afrique.
IMG_3866

La jeep qui nous transporte fais aussi office de coursier pour les habitants de la région, l´accès étant très difficile, éloignés de toute civilisation, certain arrête la voiture pour laisser un message, une poule, un sac de nourriture pour le mari qui est en train de travaillé ou de s´occuper des chèvres. La jeep est le seul lien de ce désert de sable.
Moi et mes amis avons décidé de nous rendre à punta Gallina, c´est le point le plus au nord de l’Amérique du sud, les locaux m´informent que très peu de gens s´y rendent car le voyage est éreintant, mais le jeu en vaut la chandelle.
Pour ce, nous devons passer la nuit a Cabo de la vela, un petit village de pêcheur situé sur une superbe anse de plusieurs kilomètres. Nous passerons la nuit en hamac pour changer! Je commence à m´y faire, la douche se fait au seau d’eau car il n´y pas d´eau courante, je rappelle que nous sommes en plein milieu du désert. La seule eau qu´il y a est l´eau de mer ultra salée.
IMG_3872

IMG_3874

IMG_3902

IMG_3906

IMG_3908

IMG_3911

IMG_3914

Ce soir au diner pour reprendre des forces nous commandons trois magnifiques langoustes, le diner est un succès, nous nous endormons repus et bien fatigué.

Le lendemain matin nous reprenons dès l´aube en jeep pour faire la dernière traversée jusqu´à Punta Gallina, nos chauffeurs nous attendent devants l´hôtel. Même topo que la veille 4h de route sur des sentiers tape cul. Des enfants sortant des forêts de cactus nous arrêtent avec des cordes de fortunes pour stopper la jeep. Leur mission consiste à nous arrêter pour nous quémander un billet ou de la nourriture.
Nous passons les différents barrages en offrant quelques gâteaux, puis en fin de matinée nous arrivons aux barges, qui nous font traverser un canal pour nous déposer devant notre « hôtel », un toit et quatre poteaux pour fixer nos hamacs. Nous déchargeons nos sac à dos et mangeons à l´ombre, le voyage nous a fatigués.
IMG_3929

IMG_3931

IMG_3933

Le jour suivant nous ferons la visite de ce lieu, les plages sont superbes par contre il fait une chaleur à tomber par terre. En pleine journée il fait plus de 40 degrés.
IMG_3943

IMG_3951

IMG_3959

IMG_3964

IMG_3970

La fin de notre visite de la région approche nous repartons le surlendemain, afin de passer le weekend end à Costeño Beach.


Poster une réponse